Les Espaces Naturels Sensibles

La tourbière du Peuil

Située au pied des falaises du Vercors à 970 mètres d’altitude, la tourbière du Peuil est l’une des rares zones humides du massif ainsi que l’une des dernières tourbières d’altitude à sphaigne en Isère. Elle fait partie des 11  espaces naturels sensibles (ENS) du Conseil Général de l’Isère qui en est propriétaire et en assure la gestion. On peut y observer plus de 200 espèces de fleurs différentes : grande astrance, trolle d’Europe, linaigrette, et drosera (plante insectivore)… La faune n’est pas en reste avec notamment le bouvreuil pivoine, la grenouille agile, le triton palmé, la libellule déprimée…

Le rocher de Comboire

La colline de Comboire a été labellisée Espace Naturel Sensible en 2017 et son premier plan de gestion arrêté en mai 2019.
La colline de Comboire est un avant-poste calcaire du Vercors, située sur la rive gauche du Drac. Elle s’étend sur 135 ha, entre 263 et 560 m d’altitude. Le rocher de Comboire est une relique glaciaire du Würm de 18 000 ans. Grâce à son exposition sud-sud-est et à la qualité de son sol, le site accueille une flore méditerranéenne, très diversifiée : pistachier térébinthe, lunetière à feuilles de chicorée, nerprun alaterne, Genévrier thurifère (qui fait l’objet d’une protection régionale)... La colline présente aussi plusieurs sites de pelouses sèches riches en orchidées : céphalanthères, orchis homme pendu, ophrys araignée, platanthère à 2 feuilles, néottie nid d’oiseaux, etc. Les falaises calcaires de 150 mètres de haut s’étalent sur 1 km 600 et sont des lieux de niche très appréciés des rapaces, en particulier du grand duc d’Europe et du faucon pèlerin. On y trouve des abris sous roche et des diaclases (trou du Renard). Site d’Oppidum occupé depuis le néolithique, il a livré de nombreux vestiges (parures, céramiques, etc.). Le Fort de Comboire construit entre 1882 et 1884 y occupe un site panoramique, qui lui permettait de croiser ses feux avec les autres fortifications entourant Grenoble. Il est aujourd’hui l’un des mieux conservés. L’exploitation des ciments VICAT a laissé des galeries aujourd’hui bouchées mais qui abritent de nombreuses chauves-souris. Pour découvrir ce site exceptionnel, trois sentiers ont été créés par la mairie de Claix et le Sipavag : la boucle du belvédère (45 minutes), le parcours des crêtes (40 minutes) et la liaison Claix -Seyssins (2 heures).
Afin d’assurer la conservation de la flore et le bien-être de la faune, l’accès à ce site est réglementé par un arrêté préfectoral de biotope (N°2008-06463 du 15/07/2008) et des consignes sont à respecter.

L’allée de la Balme

Cette longue allée de 440 mètres accédant au domaine de La Balme figure sur la carte du parcellaire de Claix de 1784. Bordée de magnifiques marronniers, tilleuls, frênes et érables plusieurs fois centenaires, elle est l’objet de soins méticuleux. Protégée au titre des Espaces Boisés Classés, l’allée a été auscultée par un cabinet spécialisé, et un diagnostic précis dressé pour chaque arbre, indiquant les soins et traitements à réaliser en plusieurs phases successives et sur plusieurs années. Les végétaux les plus abîmés, déformés ou dangereux, ont été sécurisés puis conservés comme niche écologique. 

En effet ces arbres abritent de nombreux nids de fauvettes, mésanges, pics-verts, etc… et aussi des écureuils. Le site est labellisé refuge LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux). Cette allée est ouverte aux promeneurs et aux personnes à mobilité réduite, qui pourront admirer à la fois, les arbres et les oiseaux.

La réserve naturelle régionale du Drac Aval

La Réserve Naturelle Régionale du Drac Aval dite des Isles du Drac est un exemple de protection de la biodiversité sur un site fortement aménagé. La partie avale du Drac, rivière située au sud de Grenoble, a été classée Réserve Naturelle Régionale par la Région Rhône-Alpes en juillet 2009. Constituant un patrimoine naturel remarquable (fort intérêt hydro géologiques et présence d’une flore et d’une faune riche) ce site a la particularité d’avoir été fortement aménagé par l’homme, notamment pour l’exploitation de ses ressources. La Réserve Naturelle Régionale des Isles du Drac constitue un exemple emblématique d’engagement dans un projet de gestion des milieux naturels tenant compte des activités économiques et de loisirs existantes. 

Préservation des forêts

Le 11 février 2020 : Considérant l’intérêt d’effectuer des opérations sylvicoles pour que la forêt communale continue d’assurer les fonctions de production et de renouvellement, la commune a fait réaliser des travaux d’amélioration des peuplements sur la parcelle N°6 dans la forêt des chaumes, dont le financement a reçu le soutien de la région Auvergne Rhône Alpes et du Département.